Menu Content/Inhalt
Accueil arrow Qui Sommes Nous arrow La gouvernance publique à l’épreuve de la tri-articulation
La gouvernance publique à l’épreuve de la tri-articulation Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Ecrit par Administrator   
26-10-2006

Semaine du dixième anniversaire d'Assoal: Conférence publique le 08 décembre 2006 à Yaoundé
Thème : la gouvernance publique à l’épreuve de la tri-articulation
Sous-thème : Jeux et enjeux de la tri-articulation Etat-Marché-Société civile dans la formulation, la mise en œuvre et le suivi participatif des politiques publiques.

Lire la suite

Contexte et justification

Depuis 1992, la société civile camerounaise décline ouvertement ses intentions de participer à la définition et à la mise en œuvre des politiques publiques. Pour ce faire, elle a ancré ses chances d’efficacité autour des regroupements.

Qu’on les appelle  réseaux associatifs,   fédérations ou confédérations, ces regroupements se sont jusqu’ici donné pour mission de peser de tout leur poids pour infléchir les politiques publiques en faveur des idéaux comme la gouvernance, la transparence, la citoyenneté responsable, la justice, etc. Malgré leur nombre – on les compte par dizaines de milliers, l’action de la société civile reste diversement interprétée aussi bien des pouvoirs publics, des populations que de ses propres acteurs. Certains pensent que la société civile camerounaise tarde à faire entendre résolument sa voix parce qu’elle ne dispose pas de moyens conséquents. D’autres par contre la jugent mal organisée, sans expérience de mobilisation d’où la difficile survie des regroupements (ils naissent comme ils meurent tous les jours).

Les partenariats construits entre les acteurs de la société civile, les pouvoirs publics et les partenaires au développement, ont parfois permis de mettre en place, au-delà des projets, des cadres de concertation. Ces cadres permettent de dialoguer et de discuter du choix des priorités, de suivre la mise en œuvre participative des actions et de définir les modalités des différentes interventions. On peut citer à titre d’exemples :

  • Les comités et groupes consultatifs mis en place dans le C2D, PPTE, DSRP et les stratégies sectorielles ;
  •  
  • Les comités locaux de concertation mis en place par le PACDDU, le PGU et le PNDP ;
  •  
  • Le groupe consultatif mis en place par la communauté urbaine de Yaoundé pour le contrat de ville.

Les partenariats locaux contractualisés concernent en général des actions spécifiques (animation, réalisation d’un micro-projet, suivi d’une action, étude, etc.) Et rarement une politique. Du coup, les partenariats contractualisés bipartites ou tri partite sont fréquents. Mais les partenariats tri-articulés et formalisés sont rares.

 Dans ce contexte, ASSOAL voudrait saisir l’occasion de son dixième anniversaire pour relancer la réflexion sur la question à travers l’organisation d’une conférence publique. 

Objectif global 

Permettre aux acteurs de  la société civile, aux acteurs privés du secteur des entreprise et aux partenaires de développement de cerner d’abord l’enjeu de la participation des forces sociales aux politiques publiques au Cameroun ; ensuite permettre à tous de comprendre à travers les échanges d’expériences les forces et les faiblesses des regroupements sociaux, la cause de leur échec dans les nombreuses tentatives de mobilisation et surtout l’importance de la tri-articulation Etat-Marché-Société civile dans la formulation, la mise en œuvre et le suivi participatif des politiques publiques..

Objectifs spécifiques

  • Capitaliser et échanger les expériences de tri-articulation Etat-Marché-Société civile dans la formulation, la mise en œuvre et le suivi participatif des politiques publiques au Cameroun.
  • Favoriser l’échange d’expériences de regroupement, de mobilisation sociale et de participation aux politiques publiques
  • Présenter les activités du chantier alternatives dette et développement local du RNHC

  Méthodologie

La conférence publique a lieu dans une salle publique de notoriété et dure trois heures. Elle s’ouvre sur un mot de bienvenue du PCA d’ASSOAL qui met l’accent sur son contexte. La parole est ensuite remise au modérateur  qui est un acteur de renom avec une bonne maîtrise de la problématique sociale au Cameroun ainsi qu’une bonne connaissance de la société civile. Le modérateur est entouré de 4 panélistes acteurs de la société civile et membres de réseaux associatifs qui exposent leurs expériences respectives avec une lecture critique de la participation de la société civile depuis 1992. La parole est ensuite remise à l’assistance pour questions ou  contribution au débat. La conclusion de la conférence est faite d’une synthèse des  différentes contributions et un rapport est attendu pour être distribué aux participants.

Résultas attendus

Les expériences de tri-articulation Etat-Marché-Société civile dans la formulation, la mise en œuvre et le suivi participatif des politiques publiques au Cameroun sont capitalisées, analysées et échangées ;

  • Les expériences de regroupement, de mobilisation sociale et de participation aux politiques publiques sont présentées et échangées ;
  • Les pistes de solutions sont ébauchées pour rendre la participation de la société civile efficace, notamment avec les contributions du chantier Alternatives dette et développement local du RNHC qui sont présentées et discutées
  • Les jeux et les enjeux de la participation des citoyens aux politiques publiques sont  partagés.

Nombre de participants : 200
Qualité :
Acteurs de la société civile, partenaires au développement, responsables de l’administration publique, universitaires et membres des réseaux sociaux.
Intervenants

  • Nicanor Perlas (philippines, Président du Réseau Globalnet et du concept de la tri-articulation, auteur de l’ouvrage « La Société Civile : le troisième pouvoir »)
  • Isaac Tamba, Economiste, enseignant à l’université de Yaoundé 2, Président du CREDDA, membre du Réseau Alternatives Dette et Développement Local (A2DL)
  • Jeannot Minla Mfou’ou, Coordonnateur du CANADEL et du Réseau APM
  • Serge Bertrand Guensu, PLEG, Membre du Conseil Scientifique ASSOAL et du RNHC
  • Bernard Njonga, Président de l’ACDIC
  • Une Représentant du GICAM
  • Un représentant du MINPLAPDAT.

Modérateur
Professeur Lucien Kouambou : Doyen de la Faculté des Sciences économiques et de Gestion, Université de Douala
 
Infos : BP 5268 Yaoundé Mail : Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir ou Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir ou Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir

Dernière mise à jour : ( 26-10-2006 )
 
< Précédent   Suivant >