Menu Content/Inhalt
Réseaux Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Ecrit par Administrator   
06-10-2006
Deux nouveaux réseaux sont actuellement en chantier sous le portage actif d’ASSOAL. Il s’agit de A2DN (Alternative Dette et Développement Local) et  de l’AIA-BP (Alliance Inter-Africaine du Budget Participatif).

  L’AIA-BP (Alliance Inter-Africaine du Budget Participatif) fruit de la capitalisation de Africités 2006     est convaincue de la nécessité d’approfondir la démocratisation, la décentralisation, la participation en particulier à travers les Budgets Participatifs afin de combattre de manière efficiente la pauvreté et l’exclusion sociale.

Les membres qui adhèrent à l’AIA-BP croient que les budgets participatifs, sont un instrument privilégié pour améliorer l’administration, améliorer les quartiers populaires, renforcer la participation citoyenne, améliorer les conditions de vie des jeunes et des pauvres, promouvoir des activités génératrices d’emploi et de revenus en faveur des femmes et des jeunes, et d’une manière générale lutter contre la pauvreté.

Les Missions d’AIA-BP sont entre autres de promouvoir les budgets participatifs comme dispositif de gouvernance locale dans le cadre de la décentralisation en Afrique; promouvoir les budgets participatifs comme forme de mobilisation sociale et d’implication des citoyens et des citoyennes à la prise de décision ; promouvoir les budgets participatifs comme dispositifs de suivi participatif des politiques publiques ; promouvoir des budgets participatifs comme indicateurs et critères d’évaluation, de résultats et d’impact de la démocratie locale dans les initiatives de réduction de la pauvreté dans les CTD africaines.

Deux objectifs sont visés : soutenir la mise en place et le développement des réseaux tri-articulés (Etat, OSC, secteur privé, CTD) utilisant le Budget Participatif comme dispositif de suivi participatif des politiques publiques internationales, nationales et locales. Ces réseaux doivent être reliés aux réseaux internationaux travaillant sur la tri-articulation Etat-OSC-Secteur Privé. Plaider pour l’institutionnalisation du Budget Participatif dans les politiques de décentralisation en Afrique comme étant un parfait outil de gouvernance locale et un indicateur de performance, de résultat et d’impact dans la réalisation des objectifs de développement local.

Ses principales acticités sont :capitaliser et analyser les informations, les expériences et les outils de Budgétisation Participative dans les villes et les communes d’Afrique ;  construire une base de données communes, à partir d’expériences locales sur les budgets participatifs. Ces données devront être accessibles sur Internet, dans plusieurs langues, sous la forme de manuels, de cd roms ou d’autres supports de diffusion et de communication. Echanger les expériences, le savoir et le  savoir faire entre les villes signataires. Un tel échange pourrait favoriser en particulier les jeunes, en privilégiant la dimension culturelle et éducative. Cet échange devrait également promouvoir l’implication des populations dans les processus de production, et en particulier renforcer les initiatives associatives et solidaires, tant dans les zones urbaines que rurales. Renforcer les capacités des acteurs impliqués dans la mise en place des budgets participatifs en Afrique à travers l’organisation des rencontres, séminaires, ateliers et forums utilisant surtout les NTIC et l’Internet.

 
< Précédent   Suivant >