Menu Content/Inhalt
Accueil arrow Assoal arrow Manoka : Le forum des ilots a eu lieu
Manoka : Le forum des ilots a eu lieu Convertir en PDF Version imprimable Suggérer par mail
Ecrit par Administrator   
26-12-2012
Image

Durant le mois de novembre dernier, une vingtaine de foras de quartiers au cours desquels les habitants ont discuté de leurs problèmes quotidiens, se sont déroulés dans cette Commune d’arrondissement de la cité économique.

Le Budget Participatif (BP) à Manoka (Douala VI) est définitivement une réalité. Pendant tout le mois de novembre, la caravane du BP a sillonné les 42 campements (ilots) de cette Commune d’arrondissement (CA) de Douala. Objectif : identification et priorisation des problèmes, choix et vote de 2 délégués du BP et formulation de quelques recommandations pour la bonne marche du processus enclenché depuis quelques mois dans cette CA par l’exécutif communal et quelques partenaires au développement comme le SCAC de l’ambassade de France au Cameroun et l’Ong ASSOAL.

Au quartier Plateau, par exemple, lors du forum de cette zone administrative de la commune, « tout s’est bien passé. Nous avons eu 44 participants dont la présence du conseiller municipal du coin, qui ont très positivement accueillis le BP en émettant le vœu de prendre une part active à la validation, à l’exécution et au suivi des projets émanant des besoins exprimés par les populations », confie Bruno Pascal Takala, animateur du BP à Douala VI. Les problèmes essentiels retenus au terme de cette rencontre, quant à eux, tournent autour des questions d’électrification, de santé et d’éducation. L’acquisition d’un groupe électrogène, l’approvisionnement de l’hôpital de district en médicaments essentiels et l’affectation des enseignants à l’école publique de Manoka sont quelques solutions évoquées par les habitants.

 

Communauté nigériane

Dans la localité de Nyangadou, peuplée à 90 % par des populations d’origine nigériane dont le chef dudit quartier en est un ressortissant. Au cours des échanges, la quinzaine de participants s’est longuement soulevé contre « le racket permanent des gendarmes et la saisie intempestive des bateaux et pirogues des ressortissants Nigérians, la triple tarification des frais d’impôts et autres taxes sous peine d’emprisonnement pour les récalcitrants et le manque des infrastructures de base ». A la fin du débat, quelques résultats obtenus en termes de projets. Entre autres, l’extension du réseau électrique sur toute l’étendu du quartier, la construction de 3 forages afin d’alimenter en eau potable les populations de la zone et la construction des latrines améliorées, car les rives du quartier servent actuellement de site de défécation emporté par les eaux. Au quartier Dahomey, occupé également par une forte communauté nigériane (dont le chef du quartier lui-même est un ressortissant), les habitants qui vivent  essentiellement des activités de pêche, se plaignent comme à Nyangadou des multiples arnaques des forces de l’ordre et de la surévaluation des taxes et impôts à payer. Ils préconisent, par exemple, pour cette dernière question, l’instauration des campagnes de sensibilisation sur les questions d’impôts et de taxes au vu de tous les abus dont sont victimes les pêcheurs Nigérians.

A Epassi, l’un des campements (ilots) les plus sinistrés de la Manoka à cause des nombreuses inondations, les projets retenus sont le dragage des rives ou le recasement des habitants au vu des inondations continues, la construction d’un forage permettant le ravitaillement en eau potable des populations de la localité. « Le constat général  dans cette localité fait l’objet d’une attention particulière des autorités administratives du fait de sa vulnérabilité  est la perte de confiance des habitants aux promesses de la mairie qui a trop promis en plusieurs années sans toutefois concrétiser par une réalisation quelconque », commente Bruno Pascal Takala. 11.       

Problème de transport

Dans la zone de  Sandje I et II, le forum de cet ilot « a connu une grande mobilisation grâce au chef du campement, est de surcroit une femme.  Elle s’est impliquée de façon personnelle et efficace pour une réussite sans faille de ladite activité à travers une bonne distribution des dépliants et chèques participatifs ayant conduit à la présence effective des 28 âmes », explique l’accompagnateur du BP. Les échanges très participatifs de ce jour ont conduit à dégager quelques projets, dont,  la création d’une voie d’accès devant permettre de relier à pied le quartier à Manoka centre, la construction de 2 forages afin de régler le difficile accès à l’eau potable au sein dudit campement, et la réalisation des ponceaux devant faciliter la circulation des personnes et des biens en transit au sein de cet ilot.

 
< Précédent   Suivant >